Jeunesse & Anthroposophie

Un site pour la Section jeunesse anthroposophique en France

Crises du monde et intériorité

La rencontre sur le thème “L’âme face aux crises” s’est déroulée du 27 décembre 2016 au 1er janvier 2017 au Foyer Michaël. Cinquante-six personnes ont partagé quelques jours pour s’interroger sur ce thème, mais aussi pour pratiquer des activités artistiques et se rencontrer, tout simplement. Rédigé par un participant, ce texte revient sur le cheminement commun durant ces quelques jours, à partir de cette question : comment l’âme peut-elle actuellement se lier aux crises du monde ?

Si l’on s’interroge, à notre époque où les crises dans le monde peuvent nous dépasser par leur complexité et leur envergure, sur notre place et notre rôle à jouer en tant qu’individu, on peut être tenté d’adopter des attitudes telles que la résignation, l’incompréhension, la diabolisation ou bien encore de se laisser porter par la pensée dominante. Certains essayeront, face à des événements qui les indignent ou les révoltent, de réagir par le biais de l’action directe, ou chercheront à faire changer le système de l’intérieur, espérant trouver le bouton qui fera prendre à la grande machine une meilleur direction. Mais si l’on se limite à réagir aux faits extérieurs, comme aux symptômes de l’humanité qui évolue, on en oublie que leurs causes premières reposent en nous, et que c’est en explorant ce qui se passe dans notre vie intérieure, que l’on trouvera des pistes pour un changement plus profond et durable. Ainsi on est invités à voir l’Histoire, non pas comme une succession d’événements extérieurs régis par des lois de cause à effet, mais comme le reflet dans le monde du développement de l’Homme dans le temps au travers de la vie de la pensée, le penser formant le fondement de la nature de l’Homme et de la connaissance.

Les médias peuvent prétendre donner une représentation purement factuelle et objective de ce qui se passe dans le monde, mais ils ignorent par là même, qu’ils se servent de la pensée pour mettre des mots et des concepts sur les événements relatés. Tout comme la science, qui ne peut exister uniquement en se basant sur l’observation pure, mais qui consiste bien plus à produire des représentations du monde au point de rencontre entre pensée et perception, notre connaissance et compréhension du monde actuel émerge à ce point de contact et va d’autant plus en profondeur, que la vie intérieure et la perception seront travaillées pour devenir plus pures, et notre faculté à relier les deux cultivée.

Lorsque l’on met en lien ce qui se passe dans le monde actuellement avec la vie de l’âme, on peut remarquer que sont à l’œuvre des forces puissantes de destruction, une animalisation de l’âme ou une désagrégation psychique. Au niveau de la pensée, cela se traduit par le reniement de l’activité du penser et son utilisation dans des buts égoïstes, l’appauvrissement du langage, le manque d’intérêt pour l’humain et la Nature. Dans le sentiment, cela se montre dans l’absence de compassion, l’égoïsme, des états émotionnels pauvres dans une culture de masse, une désensibilisation au beau au profit d’émotions fortes et immédiates. Dans la volonté, on peut voir une hyper-sexualisation jusque dans la publicité et l’essor de la pornographie, l’augmentation d’une violence motivée par une rage destructrice dépourvue de sens dans les attentats qui se multiplient, l’indifférence grandissante.

Un premier pas face à cet état des lieux et pour en changer, consiste à reconnaître et accepter ce foyer de destruction qui est en nous, à le travailler en transformant les forces qui s’y déploient, à leur trouver dans la communication et dans la créativité une forme d’expression constructive. Une force qui trouve son terrain de jeu dans ce foyer de destruction est la peur. Celle-ci s’observe, à l’échelle individuelle et jusque dans les conflits qui font l’actualité : peur de manquer (de ressources), peur de disparaître face à l’autre qui nous écrase, peur de perdre le contrôle ou le pouvoir, peur de l’insécurité. Face à ces peurs qui peuvent inhiber ou altérer l’action, chacun est invité à développer la foi dans l’aide du spirituel, lui venant de l’intérieur, et notamment en développant la confiance dans la vie de la pensée pour faire face aux situations difficiles.

Un deuxième pas consiste à cultiver à côté de ce foyer de destruction qui ne saurait disparaître, un foyer spirituel, dans lequel chacun développe certaines forces de l’âme. Dans le penser, on peut chercher le vrai, développer la foi, cette force qui se fonde, non pas sur la croyance dans des choses obscures que nous ne savons pas percer à jour ou sur un dogme religieux, mais sur une certitude intérieure, une connaissance qui nous vient lorsque quelque chose s’éclaire et devient évident, force qui croit en laissant grandir l’intérêt porté à ce que l’on rencontre. Au niveau du sentiment, face à l’égoïsme et à l’assèchement intérieur, nous pouvons cultiver la force de compassion ou d’amour. En soignant les moments de beau, lorsque notre part d’idéal vient à la rencontre du monde sensible dans l’art par exemple, lorsque l’on vient donner de la forme à la vie, alors on contribue à la santé de l’âme. Chacun est en mesure de cultiver une vie de sentiment riche qui va en s’affinant. Enfin dans la volonté se trouve la force d’espérance, qui consiste à croire en un sens des choses, même si elles ne se déroulent pas de manière favorable. Face à la violence environnante, chacun peut choisir d’adopter une attitude bienveillante envers l’autre, envers le vivant et envers soi-même.

Au niveau de la vie de l’âme se laissent observer deux grands mouvements : l’un tendant vers l’individualisation avec comme extrême le matérialisme et le capitalisme, l’autre vers le spirituel et le collectivisme avec souvent un retour à des pratiques ancestrales telles le chamanisme ou la médecine chinoise. On peut dire que ces tendances s’incarnent pour l’individualisme de façon plus marquante dans les USA et l’Europe de l’Ouest, et dans les pays d’Orient comme la Chine et l’Inde pour une forme de société davantage tournée vers la communauté. Un mouvement général va dans le sens d’un individualisme grandissant avec un rayonnement des USA de plus en plus fort. Cette façon d’appréhender le monde peut aider à saisir les enjeux des conflits situés au Moyen-Orient, dans des pays de collision ou de tiraillement de ces deux mouvements tels la Syrie, l’Ukraine ou la Palestine. On observe cependant, au niveau individuel et géopolitique, dans des gestes tendant à rapprocher l’Europe de l’Asie et de la Russie ou au travers du développement de l’altermondialisme par exemples, une volonté d’unir ces deux courants dans une « spiritualité de l’individu », dans la réunion de la pensée et de la perception, dans une spiritualité trouvant son fondement dans l’homme et non plus dans un Dieu extérieur.

Prendre la crise en soi et s’efforcer de pénétrer le penser de volonté nous amène à une nouvelle compréhension du monde, provoquant la création d’images, de concepts vivants, au travers desquels on atteint un nouveau degré de connaissance. Ainsi, la recherche d’une spiritualité fondée  sur l’individu et relevant d’une culture de la pensée et de l’intériorité, la transformation au niveau de la vie de l’âme peuvent être vus comme une réponse directe aux conflits actuels, et se développer, en partant d’un travail individuel, teintant nos gestes et nos actions, jusque dans la culture d’espaces communs chaleureux et cristallins, terreau d’un développement plus humain.

David Richardoz

Journées de Février 2017 au Goetheanum

journees-de-fevrier-%e2%88%92-medias-numeriques

Nous sommes heureux de vous faire parvenir cette invitation pour notre journées de février (du 16 au 19 février)

Les médias numériques font partie de notre quotidien de multiples façons et la nécéssité d’une approche consciente de leur action et de leurs effets sur la vie humaine se fait clairement sentir. Devant quels défis et possibilités plaçons-nous notre conscience et nos formes de vie à travers ces médias?

Par des échanges, apports, activités artistiques et soirées à organiser librement, nous voulons chercher ensemble à mieux connaitre ces espaces de conscience en perpétuel développement dans la confrontation avec les médias numériques.

Plus d’information à venir!
Visitez notre site: www.youthsection.org
Écrivez-nous: mail@youthsection.org

Rencontre du Nouvel An 2016-2017

Lors d'une précédente rencontre du Nouvel an

Lors d’une précédente rencontre du Nouvel an

Cher visiteur,

Cette année encore, l’association Carminem, le Foyer Michaël et la Fondation Paul Coroze vous invitent à une rencontre du nouvel an organisée dans le cadre de la Section jeunesse de l’École de Science de l’Esprit du Goetheanum.

Dans ces quelques jours qui feront la transition entre l’année 2016 et l’année 2017, nous voulons nous poser la question des crises qui traversent l’humanité actuelle et des façon dont l’âme peut y faire face, et créer une relation juste avec elles.

Nous voulons approfondir cette question par des réflexions et échanges en communs, des apports, études de texte et ateliers de peinture, eurythmie, gymnastique bothmer et art de la parole. Le programme complet est disponible ici.

Merci de vous inscrire avant le 15 décembre par ce formulaire.

Nous espérons vous voir bientôt !

L’équipe d’organisation,
Anna Sophie Mæhl, Claire Defèche, Jonas Lismont, Joseph Defèche, Louis Defèche, Maximilien Cord, Thomas Letouzé.

Texte

Pour préparer et approfondir notre réflexion, nous vous proposons ces quelques lectures. Nous recommandons fortement de lire les extraits de Une théorie de la connaissance chez Goethe avant de venir à la rencontre.

Lecture fortement recommandée

Rudolf Steiner, Une théorie de la connaissance chez Goethe (extraits)

Autres textes mis à disposition

Rudolf Steiner, Philosophie de la liberté, chapitre “La valeur de l’existence (Pessimisme et optimisme)”.

Rudolf Steiner, Les lignes directrices de l’anthroposophie (extraits)

Extrait des « Nouvelles » de la Société anthroposophique en France : Transformation du monde et connaissance de soi face au mal.

Au Foyer Michaël un 1er janvier

Au Foyer Michaël un 1er janvier

Bodo von Plato, Le courage de la liberté, Éditions Triades, 2012 (extraits)

Christine Gruwez, Devenir contemporain, Éditions Triades (lire un extrait)

Autres lectures pour ceux qui veulent aller plus loin

Rudolf Steiner, Symptômes dans l’histoire (GA 185), Éditions EAR, juillet 2015

Bernard Stiegler, Dans la disruption, Comment ne pas devenir fou ?, Les liens qui libèrent, 2016

Günther Anders, L’obsolescence de l’hommeSur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Éditions Ivrea, 2002

Contact

N’hésitez pas à nous contacter : jonas.lismont@carminem.fr ou Claire Defèche au 06 25 80 37 01flyerprogramme-nouvel-an-2016-2017

Rencontre Nouvel an − Save the date

Chers amis,

Nous sommes heureux de vous faire parvenir cette pré-invitation. Comme ce fut le cas les années précédentes, nous vous proposons de nous retrouver autour du passage à la nouvelle année pour approfondir des thèmes liés à la connaissance du monde et de soi dans une démarche anthroposophique.

Cette année, nous souhaitons nous arrêter sur le thème des drames propres à notre temps. Notre conscience des crises qui le traversent va en augmentant. Peut-on caractériser, trouver le geste et les images correspondant à notre époque ? Peut-on orienter et travailler notre regard pour voir dans ces crises non pas des problèmes à faire disparaître, mais les symptômes d’une humanité qui évolue ? Le sujet est vaste puisqu’il nous poussera à caractériser non seulement les événements et faits contemporains, mais également la relation que nous créons avec eux.

LA RENCONTRE AURA LIEU DU MARDI 27 DÉCEMBRE 2016 (FIN D’APRÈS-MIDI) AU DIMANCHE 1ER JANVIER 2017 (DÉBUT D’APRÈS-MIDI) AU FOYER MICHAËL (ALLIER).

Nous vous enverrons le programme et les détails pratiques dans la semaine du 1er novembre. Vos pré-inscriptions sont les bienvenues en nous contactant.

Nous nous réjouissons de vous retrouver !

Visite du groupe de jeunes IOU Respect à SEKEM le 28 juillet 2016

Il y a quarante ans, c'était un désert… il y a maintenant une école, une centre de soin, une ferme, des entreprises, des ateliers et même la première université de développement durable d'Egypte…

Il y a quarante ans, c’était un désert… il y a maintenant une école, une centre de soin, une ferme, des entreprises, des ateliers et même la première université de développement durable d’Egypte…

Le cercle du jeudi soir, juste avant le week-end, où les employés et invités du jour se réunissent pour célébrer les fruits du travail de la semaine et se serrer la main après une prière communautaire.

Le cercle du jeudi soir, juste avant le week-end, où les employés et invités du jour se réunissent pour célébrer les fruits du travail de la semaine et se serrer la main après une prière communautaire.

Dans le cadre de la rencontre IOU Respect organisée par Hostelling International – Fédération des auberges de jeunesse, du 23.07 au 06.08, dont le coordinateur pédagogique était Frédéric Raphaël Duret-Nauche, membre de Jeunesse et Anthroposophie, une visite riche d’inspiration a pu avoir lieu à SEKEM, grâce au soutien financier de Carminem que nous remercions vivement.

Notre groupe dans les locaux de LOTUS (la compagnie spécialisée dans les herbes et les épices bio). A gauche avec son chapeau, c’est Rafik notre guide qui est aussi professeur à l’école de SEKEM.

Notre groupe dans les locaux de LOTUS (la compagnie spécialisée dans les herbes et les épices bio). A gauche avec son chapeau, c’est Rafik notre guide qui est aussi professeur à l’école de SEKEM.

La rencontre IOU Respect a réuni une vingtaine de jeunes entre 18 et 25 ans venant d’Egypte, du Liban, des USA, d’Allemagne et de France avec pour objectifs d’approfondir le dialogue entre les cultures, les religions et de former des ambassadeurs pour la paix, apprenant à mieux se connaître en tant qu’individus libres et responsables et à mieux comprendre notre monde, afin d’agir « ici et maintenant ».

C’est dans ce cadre que nous semblait tout à fait justifiée et que fut organisée la visite à SEKEM, permettant pour ces jeunes une première rencontre avec l’Anthroposophie, notamment par le biais de la question sociale et de la biodynamie.

Le fondateur, le Docteur Ibrahim Abouleish

Le fondateur, le Docteur Ibrahim Abouleish

Rappelons que le fondateur, le Docteur Ibrahim Abouleish, qui a maintenant 80 ans, veut continuer non seulement à guérir les terres mais aussi à guérir les gens. C’est la raison pour laquelle le travail de SEKEM tend vers le développement intégral de la société égyptienne incluant les sphères sociales, économiques et culturelles de la vie en quête de développement durable.

 « Nous essayons chez SEKEM de construire une communauté où des individus de différentes nations et cultures travaillent ensemble dans le but d’apprendre, de nourrir et d’aimer le monde des idées et des idéaux nobles. »

Le site étant très étendu, notre visite s’est concentrée sur LOTUS, puis la ferme, l’école et enfin NatureTex (la compagnie spécialisée dans la production de coton organique et la confection de vêtements). Suite à cela nous avons déjeuné profitant d’une excellente cuisine avec des produits de qualités tous produits sur place.

L’après-midi, nous avons poussé une belle et simple porte bleue d’un édifice à l’ambiance et architecture spéciales au centre de SEKEM. C’est le Mahad, où nous nous sommes réunis et avons pu visionner un petit film sur SEKEM, suivi d’un échange en direct avec Helmy Abouleish, fils du fondateur dont c’était l’anniversaire, excusant l’absence de son père qui est actuellement malade.

Le Mahad de Sekem

Le Mahad de Sekem

Dans une des salles de ce bâtiment se réunissent tous les matins en un cercle, les personnes qui, assumant les responsabilités principales du projet et / ou suivant une démarche anthroposophique sérieuse, pour un temps de lecture et de méditation.

SEKEM vient d’un ancien hiéroglyphe qui signifie « la force vitale du soleil » et ici chacun est invité à se renouveler consciemment tous les jours. La ferme se trouve à quelque 60 kilomètres au nord-est du Caire et continue de soutenir plus de 700 autres agriculteurs qui se convertissent à une agriculture biodynamique. L’exploitation met aussi l’accent sur la défense du commerce équitable et sur le bien-être social et culturel de ses près de 2000 employés.

Nous sommes tous repartis très inspirés !

Pour approfondir

http://www.sekem.com/

http://www.ruffisme.net/francais/documents/sekem/

http://www.guylorge.net/La_ferme_de_Sekem_d_Ibrahim_Abouleish.pdf

sekem-6

Page 1 sur 6

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén